Le premier championnat du monde complètement non officiel et non reconnu: Le Portugal contre la Pologne [Match 4]

Commentaires par Jacek

Le début de ce match fut une expérience assez terrible pour moi. La frustration provenant du match précédent, pendant lequel je fus incapable de marquer, se renforçait et on voit très bien à plusieurs reprises que je ne suis pas satisfait de ma performance.

Ma main arrière ne bouge tout simplement pas comme elle le devrait. Elle est restée basse, très tendue, ce qui m’a essentiellement empêcher de faire des mouvements correctes.

Cette tension a également troublé mon esprit, j’étais complètement perdu lorsque je cherchais une manière d’attaquer proprement dans les circonstances qui s’offraient à moi. Mon adversaire a utilisé mon trouble à son avantage et m’a attaqué proprement, en passant à travers mes bras crispés.

A ce moment là, j’ai eu un déclic, un nombre incalculable de pensées ont traversées mon esprit lors des quelques secondes après l’attaque. Au final, j’ai réussi à laisser complètement tomber toutes les choses qui me retenaient et j’ai décidé d’aller de l’avant avec une attaque correcte.

Just après le “hajime”, la tension a disparu et j’ai tout simplement attaqué, ce qui m’a permis d’égaliser le score.

Ça m’a fait un bien fou et je ne voulais vraiment pas perdre cette sensation, donc j’ai décidé de le faire encore une fois. Et cela a fonctionné et j’ai conclu le match.

Même si le combat a duré assez longtemps, les dernières secondes furent les plus importantes, non seulement au niveau du résultat final, mais aussi pour mon jukendo. Car j’ai senti que quelque chose avait changé et je me suis amélioré.

 

Commentaires par Nuno

Après le premier match contre l’Allemagne, l’équipe du Portugal s’est qualifié pour la finale. Puis en gagnant un match contre l’Ukraine, Jacek Lipiński est sélectionné pour participer à la première finale complètement non reconnue entre le Portugal et la Pologne. Ayant pratiqué le Jukendo depuis plus d’un an, tout en gérant le groupe de Jukendo de Varsovie, Jacek avait un avantage bien conséquent. Je savais que j’allais combattre un adversaire bien plus expérimenté et que ma stratégie devait refléter tout cela. Depuis le début, et par l’aide reçue tout le long du stage, je savais que je devais améliorer ma garde et essayer d’avoir une posture hanmi plus efficace pour renforcer mes attaques.

Et bien, je n’ai pas prévu autant que j’aurai dû.

Maintenant, en regardant la vidéo, je pense que je peux identifier des défauts bien visibles sur toute ma posture: Pour commencer, la position des jambes, l’écartement de mes jambes est bien plus grande que ce que nous a inculqué Terada sensei. Puis il y a la position des mains, mon kote gauche est trop tendu, la tenue de l’arme n’est pas relâchée. Ajoutons à tout cela, ma main droite n’est pas en appuis sur la zone de l’os de ma hanche. Je pense que la combinaison de tous ces éléments ne m’ont pas permis d’attaquer aussi vite que je ne pouvais, et cela a également offert de nombreuses ouvertures. Ce qui correspond à une stratégie peu conseillée quand on affronte quelqu’un expérimenté.

Mais revenons désormais au match.

Jusqu’au premier “Yame” annoncé au moment où le mokuju de Jacek fut coincé dans mes himo, les attaques de chaques côtés étaient assez superficielles et inoffensives. Cette brève interruption pour remplacer mes himo semblent avoir eu un effet positif sur le mental des deux shiai-sha comme on peut le voir au moment du “hajime”. En regardant la vidéo, je pense que mon attaque après cette pause n’était pas mauvaise, mais ça manquait dans un premier temps de profondeur et dans un second temps de zanshin (si vous faites le calcul, les points en moins semblent déjà plus nombreux que les bon points.., mais bon je ne peux pas toujours me rabaisser). J’ai continué d’attaquer en essayant quelque chose de nouveau, kote. Même si j’ai réussi à atteindre le kote de Jacek, c’était après tout un coup assez faible. Par contre j’ai pu profiter d’un jôgai hansoku. Quand on combat un adversaire d’un niveau supérieur, tous les petits avantages valent le coup.

Maintenant que je regarde la vidéo, je peux voir toutes les opportunités de waza dont je n’avais aucune préparation (pour le moment), comme renzoku waza. Parfois une première attaque n’est pas assez forte pour marquer un ippon mais un second coup aurait pu faire l’affaire. De plus, le seme et casser la garde de mon adversaire sans avoir à faire des feintes ou des “harai” (je fais référence à mes tentatives bâclées de déstabiliser la garde (kamae) avec des “harai waza”..) sont des points sur lesquels je dois travailler.

Terada sensei a fait une pause dans le shiai pour donner des conseils à Jacek et moi, pour qu’on puisse attaquer positivement de manière relâchée tout en finissant entièrement le mouvement de coup d’estoc qu’il nous a enseigné. Après cette brève pause, les mots du sensei ont eu un effet magique sur nous deux! J’ai attaqué et j’ai reçu un ippon. En déplaçant mes pieds vers l’avant, j’ai crée une menace avec mon mokuju, puis j’ai frappé chokutotsu, puis aussi vite (que j’ai pu) j’ai reculé avec du zanshin. Un point pour le Portugale, la domination mondiale et non officielle n’est plus qu’à un pas.

Mais par la suite, Jacek a détruit mes rêves de victoire, en marquant deux point sur deux attaques, profitant adroitement des mes points faibles: kamae et mon manque de centre.

Pour moi, cela a été un shiai très intéressant. Affrontant un adversaire bien plus expérimenté, improviser n’a pas été une mince affaire. Donc, j’ai essayé de mettre en places un kihon correct, et le plus important, de faire un match sans penser à gagner ou perdre, mais à attaquer tout en faisant un bon match.

En regardant cette vidéo, je peux désormais faire un retour sur ma performance (avec le sensei vivant très loin du Portugal, cela devient quelque chose d’essentiel) et je peux prendre note et travailler sur ces points. Quant à Jacek, il est le digne vainqueur de cette compétition non officielle et non reconnue. Je dois le remercier pour ce match et tous ces conseils, corrections et enseignements qu’il m’a procurés pendant le stage à Berlin.  

J’espère qu’on pourra se refaire un match bientôt!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :