Exercices de bases: Nodo Tsuki

Commentaire par Simon Larsen

Pour le nodo tsuki, votre shime (le “verrouillage” en fin de frappe) est encore plus important que pour le tsuki normal. Si vous ne verrouillez pas et continuez à pousser après un tsuki normal, c’est désagréable pour l’adversaire et encourage les mauvaises habitudes; mais en nodo tsuki, le même comportement peut causer des blessures. En tout état de cause, je déconseille cet exercice si vous n’êtes pas équipé d’un men de Jukendō (nodo élargi et renforcé, renfort intérieur sur le mendare gauche).

 

Frappant nodo, votre mokujū va inévitablement se relever face à la plupart de vos partenaires. Ce n’est pas un problème.

 

Visez la partie droite (votre droite, à gauche pour le receveur) du nodo, souvent plus en avant, notamment si vous débutez. Peu de gens peuvent mettre leur tête complètement de face en recevant nodo, et viser le milieu provoque une torsion de la nuque qui peut s’avérer douloureuse. La frappe risque aussi de glisser et sembler ratée.

Nodo est plus loin, vous aurez donc besoin de raccourcir le maai et de pousser plus fort sur le pied arrière. N’essayez pas de compenser la distance avec les bras seulement: cela diminuera votre shime et deviendra vite une mauvaise habitude. Souvenez-vous qu’une frappe correctement exécutée qui ne touche pas est infiniment mieux qu’une mauvaise technique qui touche, particulièrement pendant les éducatifs.

 

Pendant les exercices on peut adopter un maai plus court qui vous évitera de fausser votre posture. Votre partenaire doit ajuster la distance pour permettre une frappe correcte.

 

À un niveau plus avancé, ou en shiai, je trouve que rapprocher discrètement le pied arrière du pied avant est un bon moyen de compenser la distance. En faisant cela il est essentiel de ne pas s’arrêter durant l’exécution. Le pied arrière devra se rapprocher puis vous propulser en avant immédiatement. L’adversaire remarquera probablement votre changement de posture quand vous bougez le pied arrière, et si vous vous arrêtez mi-course vous aurez de grandes difficultés à réagir à ce que ce changement pourrait provoquer comme réaction de sa part.

 

En recevant nodo, je trouve que serrer les dents juste avant l’impact aide à le diffuser dans tout le corps, plutôt que de tenter de résister avec la nuque. Quand la frappe arrive, baissez légèrement le menton pour dévier l’impact vers le kata.

 

Plus votre tête est de face moins il y a de risques que la frappe vous la fasse tourner. Réduire légèrement le hanmi (la posture de ¾) peut aider mais n’en faites pas trop.

 

La synchronisation du petit pas en arrière pour absorber la frappe est extrêmement difficile à saisir, mais essentielle pour enseigner correctement à celui qui attaque. Reculez trop tôt, vous l’encouragez à la sur-extension, mauvaise habitude qui présente des risques pour vous. Reculez trop lentement, l’impact risque d’être un peu fort. Dans cette situation mieux vaut être lent que trop rapide mais ni l’un ni l’autre ne sont idéals.

Lorsque je recule, je baisse mon centre de gravité en pliant légèrement les genoux. C’est comme pour recevoir tsuki normal, mais encore plus efficace ici. Aussi si vous ne le faites en temps normal, vous pourrez le mettre à profit pour nodo tsuki.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :