Mon voyage au coeur du Jukendo – Klara – Jour 1 à 4

*Voici le premier article d’une série continue de post écrits par l’une de nos traductrices et auteur invitée, Klara. Elle a récemment commencé le jukendo et profite d’une visite de trois mois au Japon, avec son partenaire Lukasz, pour continuer son apprentissage dans cette discipline.*

2017-07-20 – Jeudi, Jour 2 au Japon, 1er entraînement

58Kg, 30% Body fat

La première question qui m’est venue à l’esprit: Comment quelqu’un arrive même à respirer avec un tel climat? Le premier entraînement avait comme premier but de se familiariser avec le dojo, les coutumes, le parquet (s’entraîner sur des tapis, comme on le fait en Pologne pour de diverses raisons, n’améliore pas la pratique quand soudainement on a les pieds sur un parquet, vous pouvez me faire confiance). L’équipement (surtout le Kata et le Tare avec sa boucle magique) est fantastique et me va bien mieux, ce qui me laisse une plus grande liberté de mouvement et, dans mon cas, cela signifie probablement trop de liberté de mouvement. Le sensei était gentil comme à son habitude, on avait déjà appris à se connaître lors du stage dans notre ville. Je pouvais sentir qu’il remarquait la moindre de nos erreurs mais pour le moment il a décidé de ne pas nous torturer avec des critiques. Il nous corrige un défaut après l’autre.

L’échauffement a été réalisé dans l”allée de la maison du sensei, en poignardant des trucs faits pour être poignardés mais pas de réelles personnes. Ce qui est une sage décision vu le niveau en dessous de zéro que j’ai pour le moment. Bien que les concepts soient à peu près similaires, la plus grande quantité de corrections (et d’attention) qu’on reçoit rend désormais la chose moins facile qu’elle ne le semble. Mais je suis OK avec ça! Ajoutez à tout cela un énorme décalage horaire. Deux jours sans dormir avec de nombreuses nouveautés auxquelles on doit s’habituer.

 

Nous sommes aussi allés à un entraînement de Naginata le soir dans le centre d’art martiaux de la préfecture de Aichi. Un bâtiment très très classe avec encore plus de personnes classes à l’intérieur, ce que ne semble toujours pas s’accorder avec ma connaissance non existante des techniques liées à ce long bout de bois. L’utilisation de ce bâton est bien compliquée et il est si looong qu’on change de kamae lors des déplacements de l’avant vers l’arrière et de la gauche vers la droite. Vos mains glissent le long du bâton. Mes mains restent soit complètement collées soit glissent tout le long, ce qui est incorrect dans les deux cas. Dans un coin il y a un mannequin pour s’entraîner à taper, il s’appelle Kenji. On m’a dit : “Va tuer encore un peu plus Kenji!” L’armure que porte le mannequin est d’une qualité supérieure à la plupart des armures qu’on trouve en Pologne…

2017-07-21 – 2nd entraînement

58Kg, 29.2% bodyfat

Encore plus d’exercices de bases dans l’allée de la maison du sensei, des exercices centrés sur la fermeté et la précision. Pousser trop sur l’extension de mes mains est une mauvaise habitude et ça fait un mal de chien, c’est sur ce point là que je me concentre et j’espère progresser. “Bouger les hanches” est un problème contagieux que tout débutant doit affronter. Les mains doivent revenir directement et rapidement à leur place et nulle part ailleurs. En outre le Jukendo a de féroces déplacements sur lesquels je dois porter mon attention. Je dois vous tuer et vous tuer vite. Accélérer tout en bougeant vers l’avant signifie simplement, charger quelqu’un avec un bâton. Ha! Cela semble facile (comme toute chose) mais c’est carrément difficile à faire sans oublier les bases absolument nécessaires du coup. Je semble être assez lente quand j’exécute les commandements. Mon exécution de Kamae et Naore a besoin d’être bien plus travaillée pour être au moins passable mais j’ai au moins en tête à quoi cela devrait ressembler. Hourra ! Ce jour était long jusqu’à 16h et plus avec une pause déjeuner. On a retrouvé nous même le chemin du retour jusqu’à la maison, vu que Simon et Eva avaient leur cours de Shodô l’après midi. C’était à la fois une récompense et une fierté de pouvoir retrouver notre chemin comme des grands.  

2017-07-22 – 3rd training

57.9Kg, 29.9% bodyfat

Je me suis concentrée sur ma posture, je ne dois pas me pencher même si j’ai l’impression de me tenir droite. En outre, devoir me pencher vers l’avant signifie que ma position est en fait bien droite. Je dois ruser contre mon corps pour qu’il garde une posture correcte. Pas facile! Mon bras gauche ne se tend plus autant qu’avant (ca me fait toujours mal car auparavant je forçais l’extension de mon bras, ne faites pas ça chez vous!). Cette fois-ci on a fait davantage d’exercices sur les déplacements, frapper avec le gros orteil de la jambe droite (en faisant ainsi, le pied doit être tourné à 75 degrés et ne pas rester bloqué à 90 degrés, ce que j’ai tendance à faire automatiquement) et fumikomi. Beaucoup de petits pas rapides et beaucoup de piétinements bruyants. Considérant que je viens juste d’apprendre la chose, le fait d’arriver parfois à faire un bruit correct doit être vu comme une énorme progression. En outre je ne saute pas et je ne reste pas plantée au même endroit. Mes doigts de pieds remontent pourtant vers le haut et je dois essayer de les garder plus près du sol. D’autres éléments remontent aussi vers le haut, comme mes épaules. L’épaule droite doit se relâcher vu qu’elle ne sert qu’à ramener la main vers le téton en restant serrée le long du mokuju. Plus facile à écrire qu’à faire, n’est-ce pas ?

2017-07-23 – Repos

57.9Kg, 29.2% bodyfat

Dimanche signifie REPOS, on est donc allé faire du tourisme à Osu Kannon et on a surtout été frappé par le caractère absolument unique de ce pays et de ses habitants. Puis le soir on est allé à un festival allemand de la bière à Nagoya.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :