Les bases: Kote

Un aspect très important à se rappeler lorsque l’on exécute la réception (et l’attaque) de Kote est que la cible visée est en fait le cœur. Le receveur essaie de protéger son cœur en le couvrant avec son Kote. C’est le nom de la cible atteinte qui donne la dénomination du coup, d’où la frappe Kote ici.  

Tout comme pour Omote, Ura et Shita, l’attaquant fait une attaque très similaire à une attaque normale.  

Comme on peut l’observer à 00:31, même lors de l’exercice de base, le receveur n’ouvre pas son kote juste après avoir donné l’ordre d’attaquer pour ensuite recevoir l’attaque. Afin d’exécuter correctement cet exercice, le receveur ordonne l’attaque (« Kote o Tsuke » pour la première attaque, “Onaji” pour les attaques suivantes) et, au moment où l’attaquant produit la frappe, le receveur déplace son kote à l’emplacement où il peut bloquer l’attaque Omote visant son cœur. Cela aide l’attaquant à apprendre comment exécuter sa frappe correctement sur une cible dont la distance a été modifiée.

Le receveur doit bien faire attention à ne pas placer son kote à un emplacement qui ne couvre pas le cœur. Si le kote est trop bas, trop haut (00:40), trop sur la gauche ou sur la droite, la cible normale sur le kata reste ouverte et c’est là que l’attaquant doit frapper.

Idéalement, le mouvement exécuté par le receveur doit être similaire à ce qui arrive naturellement en shiai (00:37). L’attaquant applique une pression sur le omote et le receveur essaie de bloquer cette attaque.

Lorsque vous déplacez le kote afin de vous mettre en position pour bloquer ou recevoir la frappe, vous pouvez également glisser un peu la main avant et la main arrière va se déplacer légèrement vers l’avant (00:50).

Remarquez bien que la surface du kote qui sera frappée est bien plus proche de l’attaquant que ne l’aurait été celle du kata (cette variation de distance correspond essentiellement à l’épaisseur du poignet). Comme la distance est plus courte, le receveur voudra “attraper” l’attaque avec son poignet et absorber la frappe en ramenant le kote en arrière vers son corps au moment où il fait le petit pas en arrière habituel (01:04).

Je pense sincèrement qu’il vaut mieux ne pas frapper avec toute sa force tant que le receveur et l’attaquant ne maîtrisent pas encore complètement les mouvements de base. Une mauvaise frappe sur le poignet peut faire très mal. Vous remarquerez sûrement que le kote de jukendo a un renforcement supplémentaire à la base du pouce contrairement à celui de kendo. A cause de l’absence de ce renforcement, l’utilisation d’un kote de kendo peut être dangereux. Et, à mon avis, il est hors de question d’utiliser un kote de naginata.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :